Appelez-nous ~ 0262 331 555
twitterfacebookgooglerss

3 questions à.. Alexandra KOZAK, chef de projet digital et social media manager

3 questions à.. Alexandra KOZAK, chef de projet digital et social media manager

Alexandra était en visite touristique à la Réunion le mois dernier et avait également profité pour travailler au Transfo. Nous l’avons rencontrée. Elle nous présente ici son métier et l’environnement du digital. 

Qui es-tu ? Je travaille à Paris. J’ai commencé en tant que chef de projets au sein d’une agence événementielle. Durant 3 ans, j’ai accompagné le création d’événements corporate incluant de l’audiovisuel, du print ou du digital. C’est ce dernier canal, en pleine expansion, que j’ai retenu dans mon projet professionnel.

Après 2 ans d’expérience en tant que community manager chez deux annonceurs, le digital étant une filière à développer et une source d’emplois importants, j’ai décidé de devenir Chef de projet digital et Social media manager en freelance, depuis maintenant 6 mois.

Le métier de Chef de projet digital et community manager, s’y prête assez ; il est d’ailleurs très différent quand on l’exerce au sein d’une entreprise ou de manière indépendante.

Ce métier est encore jeune : il prend un axe « marketing », parfois « relations clients » (fidélisation) ou une approche « éditions » (élaboration de contenus). Le fait d’être en freelance permet d’aborder toutes les facettes de ce métier.

Au niveau des usages du digital ?

En partageant avec mes homologues réunionnais, j’ai remarqué que les entreprises à La Réunion initient beaucoup d’actions de communication dites traditionnelles (affichage, print, PQR, Radio et TV, événements….). Il est essentiel des les amener vers l’utilisation des outils digitaux. Un travail d’éducation, d’accompagnement auprès des entreprises est donc nécessaire. Il faut  réussir à les convaincre de la valeur ajoutée qu’apportera la mise en œuvre d’une stratégie de contenus dans leur communication.

En  métropole, on connait mieux les usages des Réseaux sociaux chez les utilisateurs  ; des chiffres sont publiés régulièrement, et donc il est plus facile de montrer aux entreprises le potentiel de ce canal de communication.

A la Réunion, l’on n’a pas encore beaucoup de données, sur l’utilisation des Réseaux Sociaux, les community managers ne savent pas par exemple combien de réunionnais utilisent le RS Twitter.

Parlez-nous de Twitter ?

C’est un outil rapide d’information, un vrai moyen de contacts privilégiés avec différents publics difficiles à capter, ce que ne permet pas Facebook par exemple.

Cette solution est utilisée pour favoriser la mise en relation entre personnes aux intérêts communs ; c’est un lieu d’interactions, il permet de diffuser de l’information en alertant des comptes sur des sujets que l’on souhaite promouvoir, et grâce à ce moyen de connexion plus directe et plus professionnel, on est identifié “expert” sur le contenu que l’on diffuse.

Les échanges sont directes, le message est clair, concis et précis et valorise une information. Il est un moyen de se connecter à d’autres types de communautés, selon le contenu, les hashtag que l’on va indiquer, et c’est également un formidable moyen de réaliser de la veille.

Les pages Facebook sont, quant à elles identiques à un mini-site, c’est un canal de communication, de diffusion d’informations, et de commentaires.

Twitter est malheureusement encore peu utilisé et développé ici. Il pourrait être un moyen de donner un coup de projecteur au niveau international sur La Réunion, car il y a moins d’acteurs et d’intermédiaires qu’un autre réseau, et permettrait de développer autrement du business.

J’observe également que la filière digitale se structure sur l’île ; les professionnels proposent leurs prestations à des tarifs hyper compétitifs par rapport à la métropole, les prix sont très bas, pour des compétences identiques ; cependant il semble que La Réunion ne soit pas compétitive par rapport à d’autres îles de l’océan Indien.

Vous avez un réel atout ici de positionner l’île comme ressource numérique auprès de projets en métropole ; exporter votre savoir-faire digital, vos compétences, permettrait également de relever les prix des prestations des professionnels locaux dans ce domaine du digital.

Laissez un commentaire